topblog Ivoire blogs

24/08/2012

Alain Toussaint, si tous les méprisables pouvaient être comme lui…

A0up7zSCUAAmHav.jpg_large.jpegChers amis, je viens d’apprendre que notre nouvel ami Jean-Fabrice Koné Dossongui (ici dans un wottro, en compagnie de son épouse Amenan Nguessan), que vous avez célébré sur Facebook, a été enlevé le vendredi 17 août, vers 22h, à son domicile de Babré (Gagnoa), par des hommes armés au service du régime Ouattara.

Une semaine plus tôt, suite à une dénonciation d'un gérant de cybercafé, Jean-Fabrice avait été interpellé le samedi 11 août 2012, vers 8h, à Yamoussoukro, par deux individus à bord d'une 4x4 Mitsubishi Rouge. Ces hommes lui ont présenté une carte professionnelle barrée des couleurs orange blanc vert avant de le soumettre à un interrogatoire sur «sa vie, ses liens avec Toussaint Alain, les miliciens de Gbagbo, son ethnie, etc ». « Tu es Tagbanan et puis tu marches avec les gens de Gbagbo ? ». Fabrice a beau expliquer qu’il vient « à peine de faire la connaissance de Toussaint Alain via Facebook », rien n’y fait. Ils tentent alors de l’embarquer « à la Garde Républicaine » mais les habitants de la cour commune s’y opposent. Ils renoncent mais confisquent son téléphone portable.

Craignant pour sa vie, Jean-Fabrice décide de regagner sa famille à Gagnoa dans l’après-midi. Et c’est justement à Babré, qu’avant-hier, vendredi 17 août, vers 22h, les mêmes hommes se sont présentés à lui. Ils étaient accompagnés de son collègue (enseignant) qui l’avait hébergé à Yamoussoukro pour les cours de vacances. Ces hommes armés sont repartis avec Fabrice vers une destination inconnue. A l’heure où je publie ces lignes, son épouse Amenan, son frère et ses amis restent sans nouvelle du jeune homme.
 
La vie tient à peu de choses dans la Côte d'Ivoire d'aujourd'hui. Parce que nous sommes des êtres humains, j'avais cru bon de saluer ici l’originalité de ce jeune couple. En annonçant sur ce mur avoir retrouvé la trace des nouveaux mariés, je ne me doutais pas un seul instant que je mettais ainsi leurs vies en danger. J’en suis profondément consterné et désolé.
Que Dieu protège Jean-Fabrice.

 

Chers amis,

Dieu a entendu vos prières. Notre ami Jean-Fabrice Koné Dossongui, enlevé à Gagnoa le vendredi 17 août 2012, vers 22h, par trois hommes armés de la Garde Républicaine de Yamoussoukro a été retrouvé lundi au petit matin par des villageois, à proximité de l'Ecole militaire de Zambakro.

Il est dans un piteux état physique : fracture du fémur droit, un œil endommagé, de multiples blessures dans le dos, les côtes et les parties intimes consécutives aux coups de crosse, de bois et de brodequins de ses ravisseurs. Je remercie le personnel de la Division des droits de l'Homme de l'ONUCI, en particulier Dido Konet, et la Police de l’ONU (UNPOL) qui, aussitôt informées dimanche midi, n'ont ménagé aucun effort pour localiser Jean-Fabrice, le prendre en charge et assurer son transfert vers un centre hospitalier.

Le jeune marié devrait subir une opération de la jambe droite dans les prochaines heures. Merci à vous, chers amis, pour votre formidable mobilisation qui a permis de sauver la vie de Jean-Fabrice, très marqué par son enlèvement et les tortures. Merci pour sa jeune épouse, Amenan, et ses parents, encore sous le choc de ces événements. Que Dieu bénisse abondamment chacune et chacun de vous.

Les commentaires sont fermés.