topblog Ivoire blogs

11/10/2012

Dans l'intimité de Maria MALAGARDIS, ses ongles se brisent

MALAGARDIS_MARIA-WEB.jpgWikipedia: Maria Malagardis est une journaliste indépendante et une écrivaine française. Elle fut la correspondante de Libération et de la BBC en Afrique du sud durant 4 ans, après avoir longtemps couvert pour le compte du quotidien La Croix l'actualité africaine. Elle collabore régulièrement avec Libération et rue89 et a travaillé pour divers magazines (tels Femme actuelle, Géo ou Challenges), signant des articles tant en France qu'à l'étranger. En octobre 2012, elle publie "Sur la piste des tueurs Rwandais".

http://www.liberation.fr/monde/01012383256-cote-d-ivoire-... Maria Malagardis, Libération, le 14 janvier 2012 :

Cet incroyable article a été écrit par Maria Malagardis et publié sur le site Liberation.fr :

“Au plus fort de la guerre civile ivoirienne, la sorcière Simone Gbagbo, ex-première dame, a incarné les croyances occultes et les superstitions omniprésentes dans le pays... les Ivoiriens [lesquels?] la soupçonnant d’être derrière toutes les dérives criminelles du régime. «Les tresses? On raconte qu’elles étaient nouées avec les nerfs d’un enfant sacrifié au Bénin. Ils voulaient les arracher au plus vite, pour l’empêcher d’user de ses sortilèges», chuchote un fonctionnaire de l’ONU. Folklore de gris-gris ? Fantasmes populaires ? En partie, sûrement.”

Vous ne rêvez pas, ce que vous venez de lire a bien été écrit par Maria Malagardis et publié sur le site Liberation.fr.

Depuis son domicile, Maria se confie à ses lecteurs:

“Aujourd'hui les Ivoiriens sont heureux et je suis une experte. Quand j'ai écrit cet article, Soro Guillaume, un être irréprochable, était Premier Ministre de Ouattara, Laurent Gbagbo incarcéré à La Haye et Simone Gbagbo enfermée à Odienné depuis 9 mois. En dehors de mon boulot qui consiste à éclairer le monde, j'ai de nombreuses passions. Vous voyez ce fusil de chasse qui m'a été offert par un ami Dozo, souvent je le prends, je le charge, j'ouvre ma fenêtre, je m'installe sur mon balcon et je tire sur les ambulances qui passent dans la rue. Je suis devenue accro. Tous les soirs, je ne peux m'empêcher de revoir les images du viol de l'ex-Première Dame. Instinctivement ma main se dirige vers mon entrejambe, l'excitation m'envahie. Très vite je perds tout contrôle. Je crie: "Prend ça sale sorcière! Crêve sale tarée d'évangéliste! Tes putains de grigris, tu peux te les foutre bien profond dans ta..." Et quand je reprends mes esprits, je me rends compte que me suis cassé un ongle tellement je me suis masturbée avec frénésie. Regardez mes mains: On dirait celles d'un garagiste atteint d'onychophagie!”

Les commentaires sont fermés.